Portfolio Categories : Ateliers de peintre et France.

TITLE HERE

Portrait de Victor Gray réalisé par François Lagarde en 1985 à Portet-sur-Garonne (Haute-Garonne, France).

© François Lagarde / Droits réservés

VICTOR GRAY

Né en 1945 à Hastings (Royaume-Uni).

Vues d'atelier datant de 1985 (Portet-sur-Garonne - Haute-Garonne, France).

Victor Gray, d'origine anglaise, se forma aux Beaux-Arts de Hastings et de Londres. A l'âge de 30 ans, il part s'installer à Toulouse, encore grandement influencé par le climat artistique anglais à travers des artistes tels que: Stroub, Denny, Smith, Walker et Hoyland, eux mêmes très au courant des mouvances les plus radicales de l'art américain.

Ce qui étonne dans la peinture des années 1980 de Victor Gray c'est avant tout sa liberté formelle, qui s'exerce selon deux modes d'intervention technique : le pinceau et le couteau. L'utilisation du pinceau permet à Victor Gray de traiter la toile de manière vive, précipitée, lumineuse, légère, transparente et quasi-automatique. Au pinceau, s'oppose le couteau grâce auquel il bâtit et structure l'espace de la toile dans l'épaisseur de la matière. La peinture de Victor Gray associe ainsi des éléments opposés: la gestualité et la construction, la transparence et l'épaisseur, la couleur et la toile.

En effet, Victor Gray considère la toile vierge déjà comme de la peinture. Parce qu'elle accroche la lumière et qu'elle est partie prenante de sa composition, la toile tendue n'est pas appréhendée comme une surface ou un support. Il dit d'ailleurs à propos des toiles :"Je les choisis toujours avec une attention maladive. Et avant d'y poser le crayon ou le pinceau, j'éprouve des scrupules à l'abîmer. Il faut alors lui rendre son équilibre".

Dans la suite de sa carrière, Victor Gray modifie sa pratique pour proposer des fonds colorés uniquement habillés de motifs, devenu signes, par soustraction de matière. Sa peinture se fait alors plus symbolique davantage tournée vers des considérations spirituelles, en témoigne ses évocations à l'art religieux via l'utilisation d'éléments formels tels que le cintre, la courbe ou l'arc. La toile vierge garde cependant son importance puisque Victor Gray prend soin de toujours laisser une bordure de toile blanche, de sorte qu'au premier regard toutes les facettes de la peinture nous soient données: la forme du châssis, la toile et la peinture.

Œuvres de la collection:


Sans titre, s.d.

Crédit photographique : Grand Rond Production


Gambit, 1981

Crédit photographique : Jean-Luc Auriol et Alain Gineste


Sans titre, 1983

Crédit photographique : Marc Boyer


Sans titre, 1983-1984

Crédit photographique : René Sultra


The odd man, 1984

Crédit photographique : René Sultra


The journey IX, 1991

Crédit photographique : Jean-Luc Auriol et Alain Gineste


Graven images - Chapel paintings, 1992

Crédit photographique : Jean-Luc Auriol et Alain Gineste


Graven images - Chapel paintings, 1992

Crédit photographique : René Sultra


Graven images - Chapel paintings, 1992

Crédit photographique : Cédrick Eymenier