Portfolio Categories : Ateliers de peintre et Italie.

TITLE HERE

Photographie de Mario Raciti réalisée par François Lagarde en juillet 1985 à Milan (Italie).

© François Lagarde / Droits réservés

MARIO RACITI

Né en 1934 à Milan (Italie).

Vues d'atelier datant de juillet 1985 (Milan - Italie).

Après des études classiques et un diplôme en droit, Mario Raciti abandonne sa profession d’avocat pour se consacrer pleinement à la peinture en 1961, activité qu’il commence dès 1950 de manière autodidacte.

Considéré comme l’un des plus grands interprètes de la tradition italienne abstraite, Mario Raciti se fait ainsi remarquer dès 1951 lors de ses premières expositions, notamment auprès du Studio Marconi. Il est alors inspiré par le symbolisme abstrait représenté par Arshile Gorky, Osvaldo Licini ou encore Alberto Giacometti. A ses débuts, la peinture de Mario Raciti s’exprime à travers l’élaboration d’un monde féérique, peuplé de personnages fantastiques ; comme pour s’échapper d’une réalité trop douloureuse marquée par les affres de la guerre. Il se joue ainsi de la frontière entre le conscient et l’inconscient, le sens et la signification pour proposer un voyage à travers des dimensions inconnues.

Dans les années 1980, Mario Raciti, loin d’abandonner son univers fantastique, le complexifie tout en l’épurant, pour aborder les mythes et rêves ancestraux ; à travers notamment la figure d’Icare, Prométhée ou Jupiter. Sa peinture s’exprime par des teintes claires et acidulées, jouant de l’épuisement des formes. La décennie suivante sera ensuite marquée par sa série  Mystères  qui évolue en 2000 sur la série Pourquoi, permettant à l’artiste d’explorer la question de la souffrance physique et mentale au travers d’une réalité transcendée. I fiori del profondo marque le dernier travail en date de Mario Raciti. Travaillant toujours par série, cette dernière lui permet de faire revivre le mythe de Perséphone, à travers des problématiques relatives à la tragédie et à l’espoir.

En 2008, Mario Raciti devient membre de l’Académie nationale de San Luca à Rome et est nommé artiste membre de la Société des Beaux-Arts de Milan.

Œuvres de la collection:


Sans titre, 1985

Crédit photographique : Jean-Luc Auriol et Alain Gineste


Sans titre, 1985

Crédit photographique : Francisco Artigas


Sans titre, 1985

Crédit photographique : Francisco Artigas